MOULIN DU POURPRÉ - DIALOGUEZ AVEC MOI
Nom de la société - Message ou slogan

DIALOGUEZ AVEC MOI:


Votre nom:
Votre adresse email *:
Saisissez votre message:
 
* Vous devez introduire votre adresse email pour publier un message. Votre adresse ne sera pas visible par les visiteurs.



Merci mes amis....c'est avec grand plaisir que j'apprends que vous suivez ma vie de vigneronne....mes vins n'en auront que plus de saveur !!!

C'est avec beaucoup de plaisir que nous lisons votre vie de "grande vigneronne" quel travail pour une femme !!! nous buvons à votre santé avec votre délicieux Rosé la Vie en Rose. Très sincères amitiés M et Me Vidal



Bonsoir, Une très belle reine de Saba entre amis ce soir, merci Françoise, on s'appelle pour une commande pour le Restau.
Laurence et Marco


Francois-frederic Andre Toujours un belle écriture des bises


Christi Couderc Il faut oser sa vie


Quel beau parcours! gros bisous Françoise
Alexandrine


Coucou copine ,il faut que je vienne goûter ,a t'entendre parler d'eux ,ça donne envie d'en boire !! Super parcours ,mais ça ne m'étonne pas ,à l'école tu étais déjà trés déterminée !! J'aimerai venir te voir un après midi si tu as un peu de temps .

Sabine


Alors, ce rosé ? Bonne soirée. L&M



Bravo pour cette idée. Vos vins plaisent aux Portugais !
Jean Luc C.


Superbe idée de nous faire partager vos journées bien remplies et votre amour pour la vigne.Merci et à bientôt .
Amicalement Joelle et Jean-yves


Nous passerons vous voir pour goûter votre vin . 
Christine E. le D


Je suis encore en vacances. Quand je. Rentre il faut que te commande du vin... Comment vas tu ? What's new ? Et bises

Paula


Bonjour  Françoise 
Merci pour l'info.J'en ai appris un peu plus sur le métier  de vigneron
M. Sidibe



C'est une belle idée ! 

Sylvie T.



Bonjour Françoise, c'est une bonne idée ! Et tu pourras même plus tard rassembler ces "billets " pour en faire un ouvrage à part entière. .. Bon courage pour les vendanges.
 Evaristo



BRAVO,pour cette percée, en sus du tracassin  des plus absorbant.Etant entendu que les aléas de la  météo de cette culture n'ont rien à envier à l'autre.
COURAGE,
m.a.




Par ailleurs, me permets de vous dire sans tarder davantage que
je pensais à Rosanvallon - "histoires de vie" éventuellement compatible avec votre "histoire quotidienne"

M. A.



Avec mon mari, nous avons pris plaisir à lire et VIVRE votre aventure quotidienne, qui n'est pas de tout repos, vous êtes une vraie chef d'entreprise. 
Un très joli site que vous avez construit. Photos très parlantes....vraiment MAGNIFIQUE
Bien amicalement

M et Mme VIDAL











JOURNAL 08/09/2016:

32°...toujours aucune pluie prévue.
Le débroussaillage autour des vignes est terminé. Mon employé a pris la judicieuse décision de ne pas débroussailler dans l'herbe trop sèche, à cause du risque d'incendie. Un simple coup de l'outil métallique sur un caillou peut provoquer une étincelle et déclencher un incendie. On voit souvent cela avec les moissonneuses batteuses.Ce soir j'ai eu une réunion à la cave coopérative où je vais apporter une parcelle cette année. Les analyses sur la production de vin sur tout le pays sont pessimistes: la plupart des régions ont été touchées soit par la grêle soit par le gel (la Bourgogne, le Beaujolais, Le Val de Loire, l'Hérault, l'Alsace) par le mildiou (Le Bordelais). Maintenant, c'est au tour de la sécheresse de s'attaquer aux raisins. On parle de 60% de perte dans l'Aude. Cette année s'annonce, une fois de plus, comme une année difficile à vinifier. Les décisions pour le ramassage vont être difficiles à prendre. Certaines parcelles se bloqueront peut être et cesser de mûrir, tout en se desséchant très vite. Il va falloir être très vigilante et maintenir une observation de tous les instants de chaque parcelle. Voir comment chacune évolue et être très réactive en cas de signes inquiétants.

JOURNAL 07/09/2016:

Toujours pas de pluie prévue. Le ciel reste désespérément bleu... les vignes souffrent et peu à peu les feuilles jaunissent dans les endroits plantés sur le rocher, où le sol n'est pas très profond. Mes vignes sont plantées dans des sols sableux peu profonds où le rocher affleure parfois au milieu des pieds de vignes. Quand il fait sec, comme c'est le cas depuis plusieurs semaines, les sols étant pauvres, les vignes souffrent. Autrefois on disait que l'on faisait du bon vin avec des vignes qui souffraient un peu. Certes, on ne cherche pas à avoir de grandes quantités de raisins ou de feuilles dans les terroirs en appellation, car la qualité n'est alors pas au rendez vous Mais, trop c'est trop...


JOURNAL 05/09/2016:
Aujourd’hui tous les vignerons qui appartiennent au GDON (Groupement d’Observation des Organismes nuisibles) a organisé une véritable Battue à la flavescence Dorée. Cette cicadelle pique les souches qui dépérissent et très rapidement la maladie gagne toutes les autres souches rien ne peut traiter les souches malades, seul l’arrachage des souches malades peut éviter la contagion. Si la parcelle est atteinte à plus de 20% le préfet fait arracher la parcelle entière, aux frais du vigneron. Nous avons déjà fait un traitement contre la flavescence dorée, comme le préfet l’avait préconisé mais, l’observation permet aujourd’hui de voir si oui ou non il y a présence de la flavescence dans notre commune. 20 personnes ont arpenté toutes les vignes passant dans une rangée sur deux pour inspecter toutes les souches. Cette situation est très grave, c’est la survie de tout le vignoble qui est en cause et chacun est concerné. L’inspection se fait collectivement ainsi tout le monde est protégé, tout en protégeant son voisin. Si aucune souche touchée n’est détectée, nous n’aurons pas besoin de traiter trois fois l'année prochaine contre cette cicadelle qui assassine le vignoble. La lutte contre la flavescence dorée est une priorité, n’en déplaise à ceux qui, pour se faire une publicité personnelle, ont refusé de traiter leurs vignes contre l’avis du Préfet de leur région....internet était plein de commentaires exaltés soutenant ce type de démarche individualiste suicidaire et attentant à la sécurité de l’ensemble d’un vignoble d’une région....
Aujourd'hui, plusieurs souches suspectes ont été trouvées, elles seront analysées. Le plus souvent le résultat est négatif mais, il ne faut rien laisser au hasard et travailler ensemble contre ce fléau. Visite de pré vendange avec mon oenologue Véronique David...comme chaque année je suis comme un cancre devant la page blanche...je ne me souviens plus de rien et j’ai l’impression que la valse des levures, enzymes, tanins, températures ne veut plus rien dire...il va falloir bosser et tout reprendre comme si c’était ma première vinification. C’est ainsi, ce travail dure un mois par an et ensuite pendant 11 mois on n’y pense plus et on oublie tout du processus compliqué de vinification  !!!



JOURNAL 04/09/2016:

Hier j'ai été invitée chez des voisins pour un grand repas de clôture de chantier. Leur toiture est enfin terminée et ils ont tenu à remercier tous ceux qui avaient participé à ce grand chantier, réalisé courageusement sans entreprises. Je n'ai que modestement autorisé le stockage des matériaux chez moi et j'ai donc été invitée. Ma Cuvée Reine de Saba a été dégustée avec enthousiasme et les compliments étaient émaillées de visages manifestant un vrai plaisir. La Vie en Rose mon rosé, qui a obtenu une Médaille d'Or à Uzès cet été, a produit le même effet à l'apéritif. Je n'ai pas présenté cette cuvée à d'autres concours car ceux ci ont lieu de plus en plus tôt. En janvier il faut déjà présenter les vins....je mets en bouteilles mes vins en mai et en janvier ils ne sont ni filtrés, ni embouteillés et je ne peux donc pas les présenter car rare sont les concours qui acceptent le "brut de cuve". Il n'y a pas si longtemps on présentait les vins au printemps. Mais les exigences du négoce qui veut acheter des cuves médaillées et les mettre sur le marché le plus vite possible ont sans doute modifié la donne et les Concours ont lieu à peine trois mois après la fin des vinifications. Je considère que pour faire de bons vins il faut laisser du temps au temps et j'ai horreur de malmener mes vins. J'aime que l'hiver passe sur le blanc et le rosé, leur permettant de se dépouiller tranquillement. Pour le rouge je laisse encore plus du temps au temps....et je vends le plus souvent des vins qui ont 3 voire 4 ans d'âge minimum.

JOURNAL 02/09/2016:

Enfin des nouvelles pour la réparation de la machine à vendanger: le colis avec les pièces s'est perdu....et le patron de la boîte a eu un grave problème de santé, trop de stress. Imaginez si cette situation s'était produite en pleine vendange. Ce serait terrible, je ne sais pas si les transporteurs en tout genre pensent une minute que pour nous le travail d'une année peut être gâché à cause d'une négligence sur un petit colis au fond du camion...Il fait chaud, trop chaud, trop sec. Je viens de regarder Météo-France aucune goutte de pluie prévue pendant les 15 jours à venir. Les vignes ont besoin d'eau et cela commence à m'inquiéter. Je sais que du côté de l'Aude les experts tournent pour évaluer les dégâts dus à la sécheresse. Dans l'agriculture nous sommes sur la ligne de front des conséquences du réchauffement climatique et je me demande comment certaines personnes peuvent être encore sceptiques sur ce sujet.


JOURNAL 01/09/2016:

Premiers tests de maturité sur les blancs, ce matin. Pas encore mûrs. Pour faire un test de maturité il faut ramasser environ 200 grains sur une parcelle. On mets la main dans la souche, et sans regarder, on attrape un grain au hasard. On avance dans les rangées en prélevant ainsi les grains. Ensuite, on écrase tous ces grains et on dépose une goutte de jus sur le réfractomètre et on peut lire directement le degré. Il faut que l'échantillonnage soit représentatif de la parcelle. On prend plus de grains dans la partie de la parcelle qui sera la plus chargée, par exemple. On peut aussi filtrer le jus à travers un tamis et avec un petit matériel simple on peut aussi analyser l'acidité. La maturité s'évalue avec le degré mais, également avec l'acidité et d'autres signes dont je vous parlerais plus tard. 

JOURNAL 31/08/2016:

Tôt ce matin je suis allée chercher des victuailles au drive. Peu à peu je commence à remplir les placards et faire des réserves pour les vendanges. Quand nous serons épuisés, il sera indispensable de n'avoir qu'à tendre le bras pour attraper quelque chose à se mettre sous la dent, sans efforts supplémentaires. Je me suis lancée dans un emailing en direction de tous mes clients, j'en ai profité pour apurer mes fichiers d'adresses mails pollués par des adresses périmées. Mon ordinateur ne suivait pas le rythme soutenu des mails envoyés à des groupes conséquents.

JOURNAL 30/08/2016:

Journée occupée par un joint qui fuyait, placé derrière la jauge d'une cuve.. j'ai cherché dans plusieurs magasins spécialisés si je pouvais en trouver un...rien. Un client m'a conseillé d'en découper un dans un capuchon de bouchon que nous utilisons pour les robinets de cuve. Bonne idée... Mais, mon employé avait décidé que pour changer ce joint on attendrait demain pour pomper entièrement la cuve. Après une visite dans  la cave et un verre entier de vin écoulé en une heure, j'ai fait revenir mon employé et nous avons pompé tout le vin dans une autre cuve (3400 lires), nous avons fabriqué un joint aux ciseaux et à l'emporte pièce, positionné celui ci, ce qui s'est avéré très compliqué car les boulons n'accrochaient que de quelques millimètres....Une journée occupée par un joint en caoutchouc....c'est ainsi....il faut prendre soin du vin et être à son service...quoiqu'il arrive.

JOURNAL 29/08/2016:

Journée bien remplie: passé une heure et demi à assister le technicien qui est venu changer l'un des trois ventilateurs de la climatisation de la salle de conditionnement bouteilles. Renvoyé un disque dur défectueux acheté sur le net. Le moteur hydraulique de la machine à vendanger qui fuyait est parti avec le réparateur qui va voir s'il peut ne changer que les joints....Reparlé longuement du projet toiture sur la salle de conditionnement bouteilles avec le maçon. Cela ne l'arrange pas mais, en bonne vigneronne consciente des réalités économiques de mon Domaine, je ne souhaite pas faire les travaux avant d'avoir récolté....tout peut arriver, je suis assurée contre la grêle mais, rien ne m'assurera contre de méchants orages qui pourraient altérer la qualité de la récolte ... Donc pas de travaux avant vendanges...c'est une règle d'or à laquelle je ne dérogerais pas...

JOURNAL 28/08/2016:

Ce week-end: relâche... j'ai besoin de souffler un peu après cet été où j'ai du assurer une présence constante au Caveau. Difficile de ne jamais pouvoir s'éloigner... même pour aller prendre un thé chez ma voisine car mon portable ne passe pas chez elle et les clients ne peuvent me joindre et poireautent devant la porte....


JOURNAL 26/08/2016:

On a commencé à nettoyer le chais dans la perspective des vendanges. Le  tapis de tri, l'égrappoir, la pompe à vendange ont repris leur place et la réception est donc prête pour toute éventualité. Le technicien n'est pas venu pour changer le moteur de la machine à vendanger. Il viendra lundi.



JOURNAL 25/08/2016:

Montage et mise en route de la machine à vendanger....fuite hydraulique qui n'a pas été vue au moment de l'entretien, cet hiver... Rendez vous pris pour changer un moteur demain matin. Des clients auvergnats de longue date m'ont rendu visite au Domaine pour la première fois.


JOURNAL 24/08/2016:

Mon employé et un voisin ont débité un énorme arbre qui est tombé sur l'une de mes parcelles, probablement lors du dernier coup de Mistral. Toujours peur que mon employé se blesse avant les vendanges en exécutant des travaux compliqués, je n'aime pas les tronçonneuses.

JOURNAL 23/08/2016:

Aujourd'hui payé plein de factures, réfléchi pour modifier mes étiquettes en introduisant plus de couleurs, reçu clients au caveau dont deux jeunes filles qui ont appris avec moi comment déguster en crachant...tout un programme....les non professionnels éprouvent une immense gêne à déguster en faisant circuler le vin dans toute la bouche, tout en absorbant de l'oxygène. Une amie qui m'a rendu visite au caveau me disait il y a quelques jours: "tu fais des grimaces horribles...". On nous apprend en effet à ne pas faire de bruit avec la bouche, les grimaces aussi sont prohibées quand on est bien élevé. Hé bien il faut oublier toute cette belle éducation pour bien déguster et ne penser qu'à la sensation, la puissance du vin, l'acidité, les arômes, la rondeur, la matière, la longueur en bouche...peu importe si on fait du bruit et des grimaces. Seul le vin compte et après avoir craché, on ressent le résultat de cette grande tempête que l'on a crée en bouche et on "écoute ses sensations", moment magique où le vin que l'on a craché continue à vous procurer longuement des sensations. C'est la longueur en bouche et on peut la mesurer en comptant les secondes durant lesquelles la présence du vin est toujours ressentie en bouche. 

JOURNAL 22/08/2016:

Programme depuis le retour de mon employé il y a une semaine: nettoyer le plantier de Marselan à la main.....dur, dur, 1 heure 15 pour faire une rangée....mais tout sera bientôt bien propre. Un plantier, ça se soigne méticuleusement, même s'il ne produira pas de récolte...c'est l'avenir des plants qui est en jeu et on doit le dorloter comme un enfant.


le 21/08/2016

La grêle a dévasté la récolte du père de mon fils 
à Saint Aunès dans l'Hérault....Tristesse totale !!!!! phénomène exceptionnel il a frappé les vignerons qui pour la plupart ne sont pas assurés dans ce département très rarement touché par la grêle. Sa photo est parue dans Midi Libre. Ses vignes n'ont plus de feuilles et je n'ose imaginer l'état des raisins.










Assistant de création de site fourni par  Vistaprint